Fashion Weeks Automne hiver 2017-2018

Du 9 février au 8 mars, le monde de la mode a vécu à un rythme effréné à l’occasion des Fashion Weeks Automne hiver 2017-2018. New York, Londres, Milan et Paris ont été tour à tour le lieu de tous les défilés, mondanités et folies vestimentaires. Je vous propose de faire un point sur ce Fashion Month aux accents d’avant-garde et de féminisme.

 

– MANNEQUINS ET DIVERSITE –

 

Cette saison, le choix des mannequins a été novateur, avec pour maître mot la diversité. Nous avons ainsi pu voir des modèles plus size, des femmes plus mures, transgenre, ou encore un top voilé.

Le modèle « plus size » Ashley Graham a brillé lors du show Michael Kors à New York. A Londres, Simone Rocha a mis à l’honneur des mannequins de légende, icônes des années 60/70, toutes âgées de plus de 50 ans. Lors de son défilé parisien, Dries Van Noten a invité ses mannequins fétiches – toutes générations confondues – à participer à son 100eme défilé. Repérée sur le podium du show Yeezy, à New York où elle a fait sensation, le top voilé Halima Aden est devenue, en l’espace de quelques semaines, un phénomène à suivre de près – on l’a d’ailleurs retrouvé au défilé de Max Mara et Alberto Ferreti – .

fashionweek - newyork, londres, milan, paris - automne-hiver 2017-2018 - halima aden, benedetta barzini, ashley graham, najda auermann - mannequins et diversite

Halima Aden pour Yeezy, Benedetta Barzini pour Simone Rocha, Ashley Graham pour Michael Kors, Najda Auermann pour Dries Van Noten

– NEW YORK –

engagement politique et féminisme

Le monde de la mode n’a jamais été aussi impliqué politiquement. Peu de temps après le scandale du « Muslim Ban »,les créateurs et personnalités du monde de la mode dénoncent la politique régressive de Donald Trump. Bandana blancs chez Tommy Hilfiger, hymne «This is not America » chez Calvin Klein ou encore petites culottes sérigraphiées de la mention « Fuck your wall » chez LRS… Ils ont décider de faire entendre leur voix à leur manière.

Le bandana blanc noué au poignet en signe de protestation, de tolérance et d’unité est devenu le symbole de ce mouvement. Imran Amed, fondateur du site Business Of Fashion est à l’initiative de ce geste.

« Dans la mode, les images pèsent souvent plus que les mots. Alors participez à ce mois de la mode en faisant une déclaration visuelle simple et singulière: portez un bandana blanc comme signe pour exprimer au monde que vous croyez aux liens qui unissent l’humanité – indépendamment de la race, de la sexualité, du genre ou de la religion. »

Un beau message diffusé sur les réseaux sociaux à travers le hashtag #Tiedtogether – liés ensemble -.

 

fashion week new york automne hiver 2017-2018 - tiedtogether - fuckyourwall

 

– LONDRES –

réconfort et continuité

Hussein Chalayan a signé une collection presque entièrement noire et blanche aux inspirations des costumes traditionnels grecs avec une pointe d’irrévérence. Le final est marqué par l’explosion de paillettes multicolores s’émanant des créations à l’inscription « tirer pour ouvrir ».

« J’ai voulu montrer un mélange de protestation et de célébration qui résume la dualité de la vie. Je voulais provoquer une explosion de kitsch, j’ai trouvé ça très beau.»

J.W.Anderson a proposé une collection moderne et aboutie à la sensualité nonchalante.

« Je voulais exprimer quelque chose de facile : une paire de baskets avec une super robe au drapé croisé. Et rendre cette silhouette élémentaire. »

Quant à Christopher Kane, il accompagne ses silhouettes de Crocs fourrées pour l’hiver. Oserez-vous les porter?

fashion week londres automne hiver 2017-2018 - chalayan, j. w. anderson, christopher kane

 

– MILAN –

glamour et féminisme affiché

Prada a montré une ligne ovationnée mêlant féminisme et militantisme avec des tons chaleureux et chatoyants.

La griffe Missoni a fait parler d’elle en coiffant ses tops d’un « Pussy Hat » – bonnet en forme d’oreilles de chat – lors du final de son show en référence à « la marche des femmes » de Washington. Angela Missoni a ensuite incité son audience à prendre part à cette protestation.

fashion week milan automne hiver 2017-2018 - missoni et ses pussy hat, prada

 

– PARIS –

féminisme et multiculturel

– Instant Cocorico : Pour Paris cette année, la Fashion Week, c’est 1 500 journalistes venus de plus de 50 pays accrédités par la Fédération française de la mode et quelque 5 000 professionnels (photographes, acheteurs, mannequins, maquilleurs, coiffeur…). –

Pour son dernier show à la tête de la maison Chloé, Clare Waight Keller a présenté une collection inspirée du style londonien des années 60/70.

Le défilé de la créatrice Stella McCartney était résolument engagé dans la cause animale puisque tous les empiècements et accessoires en cuir sont synthétiques, et tout cela dans une « positive attitude ». Les mannequins ont même dansé pendant le final.

Cette saison, Karl Lagerfeld est parvenu à faire décoller – littéralement – le monde de la mode. Il a fait rentrer une fusée spatiale dans la nef du Grand Palais.

Louis Vuitton présente sa nouvelle collection au Louvre, une grande première pour le musée. Il ceinture la taille et simplifie la silhouette d’une femme qui veut se sentir forte.

Le label Kenzo imagine une collection polaire qui permet aux 2 créateurs de mettre en lumière une cause qui leur est chère, la fonte des glaces.

Pour le défilé Saint Laurent, Anthony Vaccarello a imaginé des femmes court vêtues inspirées des années 80. On retiendra tout particulièrement les bottes strassées devenues stars d’Instagram.

fashion week paris automne hiver 2017-2018 - chanel, stella mccartney, vuitton, saint laurent

 

Pour plus d’image de ces merveilleux défilés, faites un petit tour sur Pinterest

Abonnez-vous à notre newsletter

Articles récents

Pages

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *